Occupation de l’Office des Étrangers en soutien aux sans-papiers en grève de la faim

                            
Ce mardi 23 juin 15h30, une cinquantaine de personnes (étudiant.es, citoyen.ne.s, travailleur.eus.es sociaux, activistesoccupent les bâtiments de l’Office des étrangersen soutien aux 475 grévistes de la faim de l’Union des Sans-papiers Pour la Régularisation. Ils soutiennent cette union dans ses demandes : la régularisation immédiate de tous les grévistes et de tous les sans-papiers présents sur le territoire belge. 
 
Leur volonté est d’obtenir une rencontre avec Freddy Roosemont, directeur général de l’Office des étrangers. Ce dernier joue un rôle très important depuis des dizaines d’années dans tous les mouvements d’occupations qui demandent une régularisation. Cette année aussi, face à la détérioration des conditions de santé des grévistes, il doit impérativement les rencontrer.
    
A la veille du 30ème jour de grève de la faim, aucune solution politique ne semble émerger. Le gouvernement dans son ensemble reste complètement muet face aux demandes des personnes sans-papiers. Les seules discussions tournent autour des critères de recevabilité. Seulement, les grévistes de l’USPR ne luttent pas simplement pour un accès à l’OE et à son pouvoir arbitraire. Ils demandent une régularisation claire, basée sur leurs conditions réelles de vie.
 
Pendant que les discussions continuent, l’état de santé des grévistes se détériore. Chaque jour, des nouvelles hospitalisations ont lieu. Après deux arrêts cardiaques, une tentative de suicide, de nombreux troubles neurologiques, psychologiques, gastriques, rénaux, respiratoires, il est urgent de trouver une solution avant que les hospitalisation ne se traduisent en 
 
Face à ce contexte et après avoir interpellé les différents partenaires politiques inscrits dans la majorité gouvernementale, après avoir occupé le PS le 9 juin, après avoir conjugué nos forces dans une marche qui a permis de réunir près de 2000 personnes le 20 juin, il est plus que nécessaire de construire une voie de retour vers une dignité structurellement décousue par les politiques d’état. Les comités de soutiens de l’USPR, rejoints par des associations et collectifs, entendent multiplier les actions pour pousser plus en avant les revendications des personnes sans-papiers 
                                
Il faut maintenant que le CD&V, le VLD, le SP.a, Ecolo, Groen, le PS apportent une solution sur le fond, qui passe par une régularisation sur base d’une définition élargie des « circonscriptions exceptionnelles » qui prend en compte la situation réelle des grévistes et de tous les sans-papiers en Belgique, la crise sanitaire et économique ainsi que la nécessité d’une relance économique. 
 
C’est dans cette perspective, face au constat de la pratique politique de L’Office des étrangers ainsi que de son rôle dans la fabrication continue des critères d’exclusion des sans-papiers, que nous avons initié cette occupation. Elle durera jusqu’à obtenir une rencontre entre les porteparoles des grévistes de la faim et le directeur général de l’Office des étrangers monsieur Freddy Roosemont. Une cinquantaine de personnes se trouvent à l’intérieur, dont certaines se sont enchaînées. Des grimpeurs ont déployé une banderole de X mètres sur la façade. Devant le bâtiment, des prises de parole et animations ont également lieu.