Plus d’un million de repas servis par les Restos du Cœur en 2020

Plus d’un million de repas servis par les Restos du Cœur
en 2020: la situation s’est encore aggravée en 2021

Journée Mondiale du Refus de la Misère du 17 octobre: la situation
de précarité sans précédent inquiète les Restos du Cœur de Belgique

Fernelmont, le 17 octobre 2021 – A l’aube de la Journée Mondiale du Refus de la Misère, les Restos du Cœur de Belgique tirent la sonnette d’alarme sur la précarité en Belgique. En 2020, plus d’un million de repas avaient été servis par les Restos du Cœur – une nette augmentation par rapport aux 670 000 repas distribués en 2019. Plus de 833 tonnes de nourriture avaient par ailleurs transité dans les entrepôts de la Fédération en 2020, soit 200 tonnes de plus qu’en 2019. Le bilan de 2021 reflète déjà que la situation s’est aggravée au même rythme.

Ce dimanche 17 octobre sera célébrée la Journée Mondiale du Refus de la Misère. A la veille de cette journée, c’est un triste constat qu’ont établi les Restos du Cœur : la lutte contre la pauvreté est en net recul en Belgique. La crise du Covid-19 ainsi que les inondations – et leurs conséquences – ont en effet eu raison de dizaines de milliers de ménages qui jusqu’alors n’avaient jamais connu de grande précarité.

La situation catastrophique de 2020 loin d’être exceptionnelle

En 2020, les Restos du Cœur ont servi pas moins d’un million de repas – une énorme hausse par rapport à l’année précédente (670 000 repas servis en 2019). Par ailleurs, plus de 833 tonnes de nourriture avaient transité cette année-là dans les entrepôts des Restos du Cœur, soit 200 tonnes de plus par rapport à 2019.

La hausse des repas en 2020 aurait dû rester exceptionnelle; le déconfinement et le retour à la normale de la plupart des activités auraient dû avoir pour effet de revenir à des chiffres d’avant la crise. Or, les chiffres comptabilisés depuis le 1er janvier 2021 jusqu’à aujourd’hui suivent la trajectoire de 2020 et sont déjà 50% plus élevés qu’en 2019.

Une demande croissante d’aide de la part d’associations sociales 

Les Restos du Cœur doivent par ailleurs faire face à une autre augmentation: de plus en plus d’associations sociales, telles que la Croix Rouge, viennent s’approvisionner – en repas ou en marchandises – aux Restos du Cœur. Grâce aux nombreux soutiens des donateurs et d’entreprises, la Fédération des Restos du Cœur tente de répondre favorablement à l’appel de ces associations en demande.

Un appel à la solidarité pour lutter contre la précarité 

Ces chiffres croissants de demandes d’aides sont le reflet que la situation d’aujourd’hui est tout aussi interpellante, si ce n’est plus encore, que celle de 1985 – année de l’ouverture officielle du 1er Resto du Cœur en Belgique.

La population a en effet dû faire face à une série de crises auxquelles personne n’était préparé: crise économique, crise sanitaire liée au Covid-19, crise humanitaire due aux inondations qui ont frappé notre pays en juillet dernier. Ces crises sont loin d’être derrière nous, d’autres nous attendent inéluctablement: crise énergétique, hausse des prix probables de certaines denrées alimentaires, etc.

Les Restos du Cœur de Belgique se posent alors les questions suivantes: comment faire pour sortir de sa situation de précarité lorsque le coût de la vie va encore plus impacter le portefeuille? Comment les foyers – qui jusqu’à présent arrivaient à garder la tête hors de l’eau – réussiront-ils à préserver leur statut social? Quelle sera l’ampleur de l’effet sur la classe moyenne qui sera forcément impactée?

Les Restos du Cœur risquent de manquer de moyens et de marchandises dans un avenir plus ou moins proche. L’association appelle la population – qui en a encore les moyens – à répondre aux prochains appels de l’ensemble du secteur afin de lutter tous ensemble contre la pauvreté.

VOS COMMENTAIRES