Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

La ville de Bruxelles a donc décidé d’augmenter le prix du stationnement en rue. Les nouveaux tarifs seront d’application à partir de ce dimanche 1er mai. L’objectif des autorités est d’équilibrer la part de stationnement dédiée aux riverains et aux visiteurs.

Le plan de mobilité Good Move pour Bruxelles prévoit plusieurs leviers pour réduire l’utilisation (et les nuisances qui en découlent) de la voiture dans notre capitale. Plusieurs axes de développement sont à l’étude ou en cours de réalisation : transformation de grands axes en boulevards urbains, suppression de places de parking, redéploiement des transports en commun, limitation de la vitesse, voire fermeture de certains quartiers au transit automobile. Les moyens sont donc nombreux et variés et, parmi ceux-ci, il faut aussi citer l’augmentation des tarifs du stationnement en rue.

Dans ce cadre, le dispositif régional est profondément réformé. Dans ce cadre, le prix des places de parking va subir une importante hausse, mais pas seulement. Le prix des cartes de riverains va aussi augmenter comme les redevances forfaitaires pour les stationnements non payés. Bref, venir (et rester) à Bruxelles va donc coûter plus cher. Pour la Région, il ne s’agit nullement d’accroître la taxation sur les automobilistes, mais plutôt de trouver un meilleur équilibre entre les riverains et les visiteurs, car les places sont de plus en plus chères.

Notons à la décharge de la Région que, comme le montrait une étude commandée par brussels.parking il y a quelques mois, le stationnement à Bruxelles est relativement bon marché comparativement aux autres capitales ou grandes villes voisines. À Amsterdam par exemple, une heure de parking dans un endroit critique peut coûter jusqu’à 10 euros alors que le prix se situe autour de 2 euros à Bruxelles. Attention également que tous les tarifs renseignés dans cet article sont des tarifs de base et que chaque commune est libre de les adapter comme bon lui semble.

Des riverains pas mieux lotis

La Région indique qu’elle souhaite rééquilibrer le parking entre les riverains et les visiteurs de la ville et notamment les navetteurs qui « envahissent » la ville chaque jour pour venir travailler. Bonne idée, sauf que les riverains se verront eux aussi imposer plusieurs limitations. En l’occurrence, le prix de la carte de riverain augmente de… 50%, soit de 10 à 15 euros par an. Jusque là, il n’y a pas péril en la demeure.

En revanche, le prix de la seconde carte (pour un deuxième véhicule donc) passe, lui, de 50 à… 110 euros tandis qu’il ne sera plus possible d’obtenir une troisième carte de riverain. En clair, les ménages bruxellois qui se garent en rue ne pourront donc plus détenir que deux véhicules maximum.

Notons aussi que des mesures sont prises pour les détenteurs de vélos qui ne sont pas en mesure de rentrer leur bicyclette chez eux. Ceux-là ont toujours la possibilité de louer un box vélo verrouillé au prix de… 15 euros par an, soit le tarif appliqué aux voitures. À l’heure où les autorités poussent à tout va pour inciter les citadins à passer à la mobilité douce, c’est assez étonnant. En effet, pour faire la promotion de la petite reine, n’aurait-il pas mieux valu que ce service aux cyclistes soit gratuit, quitte à ce que cette gratuité soit payée par la quote-part des automobilistes ?

Tarif horaire en hausse

 

Bien entendu, les tarifs horaires en rue augmentent aussi, sachant de surcroît que les prix renseignés ici sont des prix de base que chaque commune est libre de majorer selon leur bon vouloir.

Concrètement, ce sont 4 zones qui déterminent le prix des parkings en rue : zone bleuezone vertezone grise et zone rouge. Le premier quart d’heure est gratuit dans toutes les zones, mais, ensuite, les tarifs varient fortement. Ce sont surtout les tarifs des zones rouges (limitées à deux heures) qui augmentent considérablement. Jusqu’ici, il fallait débourser 3 euros pour deux heures de stationnement, mais il faudra désormais payer 5,30 euros.

Les prix pratiqués dans les zones vertes augmentent aussi, mais le stationnement ne sera plus limité à 4 heures 30. La formule à 1 euro par heure est remplacée par un système progressif (50 cents pour les deux premières demi-heures, puis 2 euros pour la deuxième heure et ensuite 1,5 euro pour chaque heure supplémentaire). La zone bleue sera désormais limitée à 2 heures de stationnement, mais elle restera gratuite moyennant l’utilisation du disque bleu.

Enfin, il faut noter la création d’une zone grise à mi-chemin entre la zone verte et la zone rouge. Le stationnement y est limité à 4 heures 30 pour un prix est similaire à celui de la zone rouge (12,5 euros pour la durée maximale). Notons encore que la redevance forfaitaire passera de 25 euros à 40 euros. Bref, venir à Bruxelles en voiture – où y habiter en possédant une voiture – va coûter nettement plus cher.

Toutes les informations sur les nouveaux tarifs sont disponibles en suivant ce lien.

Source:gocar.be