Une coalition de la mer du Nord pour quadrupler l’#éolien en mer

La Belgique, le Danemark, l’Allemagne et les Pays-Bas vont unir leurs forces pour faire de la mer du Nord la plus grande centrale d’énergie durable d’Europe. Les quatre pays s’y sont engagés aujourd’hui lors du North Sea Summit dans le port danois d’Esbjerg.

Avec ses collègues danois, allemand et néerlandais, le Premier ministre Alexander De Croo a signé l’ambitieuse Déclaration d’Esbjerg pour faire de la mer du Nord la centrale d’énergie verte de l’Europe lors du North Sea Summit.

Les quatre chefs de gouvernement veulent quadrupler la capacité éolienne en mer combinée de la Belgique, du Danemark, de l’Allemagne et des Pays-Bas pour la faire passer à 65 GW d’ici 2030 et à au moins 150 GW d’ici 2050. La mer du Nord deviendra ainsi la plus grande centrale d’énergie durable d’Europe.

Plus d’énergie renouvelable locale

Alexander De Croo : « La crise ukrainienne montre clairement que nous, pays européens, devons nous efforcer de produire plus localement notre énergie. En misant davantage sur le renouvelable, non seulement nous réduisons notre dépendance, mais nous protégeons également mieux nos citoyens et nos entreprises contre les prix élevés et nous favorisons un environnement viable. Avec cet accord, la Belgique se place en tête des pays européens qui lient la transition vers le renouvelable local à une politique industrielle réussie. »

Les ministres de l’Énergie des quatre pays ont également signé un accord de coopération à Esbjerg. L’ambition de la Belgique est de quadrupler sa capacité éolienne en mer pour atteindre près de 6 GW d’ici 2030 et 8 GW d’ici 2040. En outre, notre pays fait figure de pionnier avec son tout premier îlot énergétique hybride en mer du Nord et des interconnexions avec le Danemark et le Royaume-Uni. Les foyers et les entreprises belges devraient ainsi être assurés de toujours disposer d’énergie éolienne bon marché.

 Allègement des factures et des émissions de CO2

« C’est un jour historique pour l’Europe et pour notre pays. L’énergie est aujourd’hui brandie comme une arme  ; les victimes sont nos familles et nos entreprises, qui doivent faire face à des factures atteignant des niveaux record. Cette accélération verte nous permet de remplacer plus rapidement le gaz et le pétrole, de Russie notamment, par l’éolien en mer et l’hydrogène vert. De cette façon, nous augmentons notre indépendance énergétique et nous réduisons à la fois nos factures et les émissions de CO2. La Belgique accélère la transition énergétique en quadruplant l’énergie éolienne produite en mer du Nord belge d’ici 2040 et grâce à un îlot énergétique hybride et des interconnexions avec les pays de la mer du Nord » a déclaré la ministre de l’Énergie Tinne Van der Straeten.

La Belgique est l’un des leaders mondiaux incontestés de l’énergie éolienne en mer. En dix ans, notre pays est devenu le deuxième pays au monde en termes de capacité offshore par habitant, après le Danemark mais avant le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l’Allemagne. Il produit actuellement 2,26 GW d’énergie offshore. D’ici 2030, ce chiffre devrait être triplé pour atteindre 6 GW, pour que chaque foyer belge puisse être approvisionné en électricité produite en mer du Nord. Une nouvelle extension à 8 GW est prévue d’ici 2040.

Dans le cadre du plan de relance européen, la Belgique peut également se targuer d’une première mondiale : elle construit le tout premier îlot d’énergie hybride dans la mer du Nord belge afin de connecter ses propres parcs éoliens et interconnexions. La pose de panneaux solaires flottants en mer du Nord est elle aussi envisagée.

Rendement économique

Ouvrir la voie profite aussi à l’économie. De nombreuses entreprises belges sont devenues des leaders mondiaux de l’éolien et participent à la construction de grands parcs éoliens notamment en Écosse, en France et aux États-Unis. Aujourd’hui, le secteur de l’énergie éolienne représente déjà 14 000 emplois et 10 000 emplois supplémentaires devraient être créés d’ici 2030. De nombreuses entreprises belges du secteur de l’énergie et d’importants acteurs de l’offshore seront donc présents au North Sea Summit.

Cliquez ici pour lire la Déclaration d’Esjberg dans son intégralité (PDF)

Cliquez ici pour lire la Déclaration des ministres de l’Energie (PDF)