Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

Une convention d’occupation temporaire conclue pour l’ancienne clinique Depage



Depuis le 18 décembre dernier, quatre collectifs de personnes sans papiers en mal de
logement vivent dans l’ancienne Clinique Depage, propriété du CPAS de la ville de Bruxelles.
Compte tenu du contexte sanitaire et de la précarité des occupants, et dans la mesure où les
délais de la vente le permettent, le CPAS de la ville de Bruxelles a entamé un dialogue
constructif avec leurs représentants, en concertation avec les autorités régionales et locales.
Ce dialogue a abouti à la conclusion d’une convention d’occupation temporaire jusqu’au 30
juin 2021.
Le bâtiment accueillera au maximum 80 personnes en situation de précarité, sans logement
ou mal logées. Appuyés par un comité de soutien externe, les quatre collectifs signataires ont
démontré au cours de ces dernières semaines qu’ils peuvent, avec sérieux, organiser la vie
collective interne et assurer le respect des règles indispensables à la vie en collectivité,
notamment en ce qui concerne la sécurité, le contrôle des accès du bâtiment, l’hygiène,
l’égalité entre les résidents, la prévention des craintes éventuelles des riverains…
La Fébul, Fédération bruxelloise de l’union pour le droit au logement, participera à la gestion
du bâtiment, et accompagnera les collectifs et leurs membres. D’autres intervenants sociaux
et médicaux sont présents.
« Autant je suis convaincu que l’organisation de squats ne peut être admise dans un Etat de
droit, autant je pense que c’est dans le dialogue et le respect que l’on peut dégager des
solutions. La crise aigüe du logement à Bruxelles étouffe littéralement les personnes les plus
précaires. Dans ce contexte, j’entends exploiter toujours plus systématiquement toute
opportunité de convertir une inoccupation d’un immeuble en solution de logement
temporaire. » conclut Khalid Zian, Président du CPAS de la Ville de Bruxelles.
Le CPAS est propriétaire d’un patrimoine immobilier composé de plus de 2200 logements pour
revenus moyens et modestes, ainsi que 177 commerces.