Une fresque à l’effigie de George Floyd pour rendre hommage à toutes les victimes de discriminations

La Ville de Bruxelles a inauguré ce jeudi 18 juin une nouvelle fresque, réalisée par l’artiste
Novadead, dans le cadre de son Parcours Street Art. La fresque, située à l’intersection de l’avenue
de la Reine et de la rue des Palais Outre-Ponts, rend hommage à George Floyd, tué par un officier
de police pendant son arrestation le 25 mai dernier à Minneapolis.
Il s’agit d’une fresque à haute valeur symbolique qui s’élève désormais à Laeken, trois semaines
après le décès de cet Américain noir de 46 ans, et des manifestations antiracisme qui s’en sont
suivies. Il s’avère en effet indispensable de rappeler que le racisme sous toutes ses formes se doit
d’être combattu, et cette fresque en est sa représentation.
L’objectif de cette fresque est également de ne pas perdre de vue le fait qu’encore aujourd’hui, en
2020, des gens meurent pour leur couleur de peau. Elle se tient devant nous comme symbole de
résistance face à toutes les oppressions, les injustices et les inégalités. À travers cette fresque, la
Ville de Bruxelles souhaite rappeler qu’il est indispensable d’aller vers un monde meilleur, solidaire
et égalitaire.
« Il était important que la Ville de Bruxelles offre la parole à un artiste pour lancer un message positif
après les récents événements tragiques qui se sont déroulés à Minneapolis et à bien d’autres
endroits. Le racisme n’a pas sa place dans notre société que nous voulons tolérante et solidaire, il
s’agit d’un combat de tous les jours. La mort de George Floyd est sans aucun doute un événementdéclencheur majeur. Il résonne mondialement et dénonce l’incroyable fossé creusé par les inégalités
« raciales » et sociales. La lutte pour l’égalité des chances est au cœur de notre politique à la Ville de
Bruxelles, et si aujourd’hui le « genou à terre » prend la forme d’une fresque monumentale, une série
de mesures ciblées seront mises à l’étude dans le cadre de l’élaboration d’un plan d’action communal
contre le racisme », explique l’Échevin de l’Égalité des chances Khalid Zian.
« Cette fresque est là pour honorer toutes les victimes du racisme et de crimes racistes dans le monde
entier… Elle se dresse devant nous pour rappeler que ce genre de tragédie est malheureusement,
encore et toujours, d’actualité en ce monde : pour ne jamais oublier que de telles injustices sont
innommables et se doivent d’être condamnées… Et l’art, le street art, sert à mettre en lumière de tels
combats : une lutte de tous les instants pour que notre société soit tout à fait égalitaire. C’est donc
dans cette optique-là, à travers le prisme du street art, d’un art militant et revendicatif, que nous
voulions lui rendre hommage – comme ça a déjà été le cas partout dans le monde… Ce qui est bien la
preuve, s’il fallait encore le préciser, que cette tragédie dépasse toutes les frontières et tous les
clivages, parce qu’elle touche à la dignité même de l’être humain. Et à la Ville de Bruxelles, nous ne
cesserons jamais de nous lever contre toute forme de discrimination », insiste l’Échevine de la
Culture et du Tourisme Delphine Houba.
C’est le street artiste belgo-congolais Novadead, alias Julien Crevaels, qui a été choisi pour réaliser la
fresque. Son œuvre se veut universelle, dans ce sens où elle dépasse les clivages et défend des
causes nobles. Le street art est un mode d’expression né d’une volonté d’engagement, d’activisme
et de contestation. Le mur qui accueille la fresque est composé de deux dessins : l’un représentant le
visage de George Floyd, l’autre deux mains tenant une rose, symbole de paix et de gratitude.