Une récupération des matériaux exemplaire dans le projet Tour à Plomb à Bruxelles

Une récupération des matériaux exemplaire dans le projet Tour à Plomb à Bruxelles

L’ancienne Fonderie de la Tour à Plomb rue de l’Abattoir à 1000 Bruxelles (+/- 3000 m²), a été rénovée et transformée, avec extension de volume, en un établissement scolaire couplé à une salle d’éducation physique, une salle de spectacles avec foyer et une ‘bibliothèque’, espace polyvalent destiné à accueillir des expositions et des conférences. Ce projet, dans lequel l’entrepreneur a notamment démonté et nettoyé près de 60 m³ de briques pour les réutiliser sur site – aucune brique extérieure n’a été apportée -, a été récompensé en 2017 dans le cadre du concours be circular.

Les réponses ont été données par Olivier Groulard, architecte et administrateur délégué du bureau BEAI (Bureau d’Engineering et d’Architecture Industrielle).

 En quoi ce projet est-il circulaire ?

Essentiellement dans la récupération de matériaux. La conception du bâtiment est basée sur une véritable stratégie en matière de réemploi et de recyclage de matériaux en fin de vie. Lors de la rénovation de la Tour, nous avons eu à cœur de récupérer des objets existants et de leur donner une nouvelle vie. Pour penser réemploi, il faut penser déconstruction et non démolition, ce qui nous a amené à réutiliser ces éléments en hommage à l’histoire de ce bâtiment datant de 1898.

Quel a été le plus grand défi ?

Il y en a eu plusieurs…

– La compréhension fine du patrimoine existant et de sa trame structurelle ainsi que la capacité d’ajustement du programme pour l’insérer en douceur dans les espaces : la salle de spectacle occupe l’espace majeur du rez-de-chaussée, un haut volume ajouré de hautes baies cintrées sous ancien plancher en bois ; le foyer occupe les caves voûtées en briques ; la bibliothèque s’installe sous la charpente en bois portant les toitures.

– L’écriture architecturale sincère et identifiable, sans artifices : la brique est ancienne, le béton est brut, le bois est massif et peu raboté. L’existant reste identifiable mais il n’est plus le même.

– La mixité programmatique : faire cohabiter un programme scolaire et un programme socio-culturel.

– La générosité des perspectives et la fluidité des circulations, tout en considérant les façades anciennes et le bâti en intérieur d’îlot.

– L’intégration des techniques répondant aux besoins contemporains sans abîmer la spatialité des lieux.

Quelles leçons avez-vous tirées ?

L’importance de la circularité et de l’humilité face à un système constructif ancien. La cohérence d’une matérialité simple de briques récupérées et de bois massif. Le fait que la construction « sans colle ni pétrole » est possible. Et que le travail en confiance du trio architecte & ingénieurs – maître d’ouvrage – entrepreneur, respectueux de chacun, est indispensable à la bonne réalisation d’un projet.

Fiche technique :

Maître d’ouvrage : Ville de Bruxelles

Concepteurs : BEAI SA (avenue de la Foresterie, 2 – 1170 Bruxelles)

Bureaux d’études : Bureau Greisch (stabilité), FTI (techniques spéciales)

Entrepreneur général : Jacques Delens

Timing : réception provisoire des travaux en juin 2018

Photos : ©Georges De Kinder

Source : Circubuild