Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

urveillance des eaux usées : résultats préliminaires



 

Les premières analyses de la présence du COVID-19 dans les eaux usées montrent des tendances comparables aux résultats des tests de dépistage effectués depuis la mi-septembre 2020. La surveillance nationale des eaux usées, coordonnée par Sciensano, offre une vision globale et objective de la circulation du virus sur l’ensemble du territoire national, sans être influencée par l’évolution de la stratégie de testing ou la sélection des personnes testées (âge et présence ou non de symptômes). Il s’agit d’un indicateur qui permet de détecter de manière précoce toute évolution notable de la circulation du virus.

Des tendances similaires au recensement des personnes infectées

Afin de suivre la présence du SARS-CoV-2 dans la population, 42 prélèvements d’eaux usées (collectés à l’entrée de stations d’épuration) sont analysés deux fois par semaine. Les données obtenues sont partielles et doivent encore subir des corrections. Les courbes épidémiologiques « eaux usées » doivent être interprétées en prenant les précautions nécessaires. Sciensano et ses partenaires travaillent sur la standardisation de ces résultats, via la prise en compte de paramètres d’influence*.

Parmi ceux-ci, on peut citer le débit d’eau entrant dans la station d’épuration, la quantité de pluie et l’estimation de la masse fécale présente dans l’eau. Les résultats présentés sont donc préliminaires.

Les informations recueillies à la sortie de nos égouts nous permettent toutefois d’observer certaines tendances et de procéder à de premières observations pertinentes caractérisant la circulation du virus. Le graphique ci-dessous présentent, pour chacune des 3 régions, les courbes de l’évolution du virus dans les eaux d’égouts comparées à l’évolution des cas positifs recensés dans la population, depuis mi-septembre.

Les courbes représentent l’évolution de la circulation du coronavirus dans les eaux usées par région. Trois courbes sont représentées car la présence du coronavirus est analysée au travers de 3 parties du virus (~ gènes) distinctes. Les bâtonnets illustrent quant à eux le nombre de cas positifs recensés par jour, par date de réalisation de tests. Sont comptabilisés ici les tests réalisés spécifiquement dans les communes concernées par les échantillons d’eaux usées, pour une meilleure comparaison entre « eaux usées » et « cas positifs rapportés ».

Il en ressort que :

  • La courbe du virus dans les eaux usées est globalement similaire à celle du nombre de personnes ayant été testées positives dans les 3 régions du pays ;
  • La hausse détectée dans les eaux usées est toutefois plus importante à certains moments de la période considérée, ce qui appuie l’intérêt complémentaire de la technique par rapport aux seuls tests ;
  • Le rapprochement entre les courbes représentant le nombre de personnes contaminées identifiées par test PCR et la contamination des eaux usées est différent d’une région à l’autre, un constat qu’il faudra tenter d’expliquer.

Une surveillance au niveau national…

La surveillance du SARS-CoV-2 dans les eaux usées est une surveillance nationale, qui couvre plus de 40 % de la population Belge. Le choix des points de collecte pour l’analyse des échantillons d’eaux usées couvre les zones à haute densité de population, qui sont en théorie les zones présentant un risque plus élevé de transmission du coronavirus.

3 laboratoires réalisent ces analyses selon une méthodologie commune :

·         e-biom(link is external), spin-off de l’UNamur, avec l’appui de la Société Publique de Gestion de l’Eau (SPGE)(link is external)

·         l’UAntwerpen : le Laboratoire Microbiologie, Parasitologie et Hygiène (LMPH)(link is external) et le Centre de Toxicologie de la faculté des sciences pharmaceutiques, vétérinaires et biomédicales(link is external)

·         Service des Pathogènes alimentaires de Sciensano

Des collaborations scientifiques sont aussi prévues avec les universités de Gand et de Namur, ainsi qu’avec l’Institut de santé publique néerlandais (RIVM), qui dispose d’une expertise de plus de 20 ans dans la surveillance environnementale des maladies infectieuses.

La surveillance nationale ambitionne également de coordonner et d’harmoniser les différentes initiatives à un niveau local. Un projet wallon a été initié à cet effet depuis début juin.

… indépendante de la stratégie de testing

La particularité de cette surveillance réside dans le fait que les résultats obtenus sont indépendants des changements de stratégies de testing. Les variations en termes de stratégie ont des conséquences sur le nombre de nouveaux cas détectés et donc sur les statistiques. La surveillance des eaux usées ne subit pas l’effet de ces variations et propose une vision ajustée de la circulation du virus dans la population.

Les eaux usées comme nouvel indicateur épidémiologique

Les données obtenues forment un indicateur indépendant de la stratégie de testing qui complètera les indicateurs déjà existants pour le pilotage de la crise afin d’aider les décideurs dans leurs choix,. Les eaux usées présentent des atouts complémentaires aux autres surveillances, aussi de par leur capacité de détection en amont de toute variation importante de concentration du virus SARS-CoV-2 dans la population.

 

Partenaires

Wallonie :

  • e-biom, spin-off de l’Université de Namur​
  • Société Publique de Gestion de l’Eau — SPGE
  • UNamur – Département de Géographie – Namur Research Institute for Life Sciences (Narilis) — Institute of Life, Earth and Environment (ILEE)
  • UCL — Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication – Ecole des Sciences économiques — Louvain Institute of Data Analysis and Modeling in economics and statistics (IDAM) — Center for Operations Research and Econometrics (CORE)

Bruxelles :

  • Société Bruxelloise de Gestion de l’Eau- Brusselse Maatschappij voor Waterbeheer — SBGE — BMWB
  • Aquiris, gestionnaire de la station d’épuration de Bruxelles-Nord

Flandre :

  • Aquafin
  • UAntwerpen
    • LMPH, Departement Biomedische Wetenschappen
    • Toxicologisch Centrum, Departement Farmaceutische Wetenschappen
  • UGent
    • Center for Microbial Ecology and Technology, Faculteit Bio-ingenieurswetenschappen
    • Departement Bioanalyse — Eenheid Farmaceutische Zorg, Faculteit Farmaceutische Wetenshappen