Usines et produits à fourrure : faisons cesser cette activité cruelle!

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Usines et produits à fourrure : faisons cesser cette activité cruelle!

Chers amis des animaux,

Savez-vous que la production de fourrure occasionne chaque année et partout dans le monde la souffrance et la mort de dizaines de millions d’animaux?

Dotés d’un manteau de velours qui suscite convoitise et cupidité, renards, visons, chinchillas, ratons laveurs, castors, lapins et autres sont les proies d’un marché innommable. Capturés ou élevés, et enfermés dans des conditions déplorables, ils vivent un confinement intense au sein de rangées multiples de petites cages.

Et quel sort tragique les attend…

Automutilation, blessures infectées, cannibalisme, membres atrophiés, comportements compulsifs, ces animaux subissent d’abjectes conséquences dû à leur enfermement, et ce pour finir gazés, électrocutés par voie anale, noyés, battus, ou mis à mort par d’autres moyens, dans l’unique but d’en faire des manteaux, des cols ou autres accessoires pour un usage égoïste de l’homme…

L’élevage d’animaux à fourrure doit cesser!

Visons en captivité

En Belgique, je suis heureux de dire que, grâce à GAIA, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale et la Flandre ont voté l’interdiction des élevages d’animaux à fourrure. Aujourd’hui, il n’existe plus aucunes usines à fourrure dans notre pays. Un problème majeur demeure cependant car la vente de vêtements et d’accessoires produits avec de la fourrure véritable est toujours autorisée.

Au niveau européen, le combat continue ! Cette pratique de tortionnaire doit disparaitre.

C’est pourquoi GAIA soutient l’initiative citoyenne européenne (ICE) « Fur Free Europe » pour intervenir auprès de la Commission européenne afin de faire voter de nouvelles lois. L’initiative européenne demande : d’interdire les usines à fourrure en Europe  –   Avec 50.000 signatures minimum en Belgique et 1 million en Europe, la Commission européenne devra réagir et prendre des mesures.