Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

 

Quand Sunbeam veut transformer son Alpine en voiture de sport, il s’adresse à un préparateur qui a déjà fait des miracles sur d’autres voitures qui semblaient des causes perdues : Carroll Shelby.

En 1959, la marque britannique Sunbeam lance la seconde mouture de l’Alpine, un petit cabriolet 2 places à la ligne élégante. Utilisant des composants mécaniques d’autres modèles du groupe automobile Rootes dont elle fait partie intégrante, elle dispose d’un 4 cylindres de 1,5 litres développant seulement 78 ch qui lui permet tout de même de rouler à 155 km/h en pointe. Si elle se révèle être une bonne voiture pour une utilisation quotidienne, elle manque toutefois cruellement de ressources pour prétendre à concurrencer les nombreux roadsters sportifs qui sont sur le marché à l’époque. C’est alors que Sunbeam se décide de se tourner vers une autre firme pour transformer sa voiture. Dans un premier temps, des contacts sont pris avec Ferrari (excusez du peu !) mais les négociations ne vont pas très loin. Finalement, c’est lors d’un événement promotionnel durant lequel est engagé une Alpine conduite par les pilotes Stirling Moss et Jack Brabham que le directeur de département course de Rootes, Norman Garrad, fait mention du travail du préparateur texan Carroll Shelby sur l’AC Ace devenue Cobra. Des discussions sont alors entreprises.