Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Dans le cadre de la Présidence belge du Conseil de l’Union européenne, le Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement a organisé un événement de haut niveau concernant le rôle crucial de la nature et de la biodiversité pour construire un avenir durable. Intitulé « Le développement régénératif pour un changement transformateur », l’événement qui s’est déroulé le 11 avril, à Bruxelles, était articulé autour d’un message central : « Rendre à la nature plus que ce que nous prenons ».

L’ambition de la Présidence belge

Basé sur le principe de restauration de la nature de la stratégie de l’UE en matière de biodiversité à l’horizon 2030, l’événement est allé au-delà de ce thème afin d’explorer les applications pratiques du développement régénératif pour un changement transformateur.

Tout au long de la journée, l’événement de la présidence a exploré les pistes offertes par le concept du « développement régénératif » pour répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés en termes de perte de biodiversité et de durabilité . Ce faisant, l’ambition de la présidence belge est de mettre en lumière et d’explorer le potentiel de ce nouveau concept afin qu’il puisse être pris en considération dans la formulation et la mise en œuvre des politiques et initiatives environnementales, tant au niveau européen qu’à l’échelon national et local.

Penser autrement notre rapport à la nature

Incitant à reconsidérer notre relation avec la nature, le concept de développement régénératif va au-delà de la simple question de durabilité et met l’accent sur l’importance de changer notre mode de pensée et d’adopter une approche fondée sur les systèmes vivants de notre planète. Ce concept nous invite à jouer un rôle actif dans l’entretien et l’amélioration de la santé de la planète tant pour les hommes que pour la nature. Il reconnaît que les solutions ne peuvent pas être imposées universellement, mais qu’elles doivent au contraire émerger d’une compréhension profonde des écosystèmes et des cultures locales. Le développement régénératif dépeint une vision des villes et des communautés débordant de vitalité écologique. Plutôt que de se concentrer sur la résolution des problèmes, il s’appuie sur le potentiel illimité de toutes les sortes de vie.

Les priorités de la présidence sous l’angle du développement régénératif

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de l’UE – représentants du monde politique, académique, de la société civile et du secteur privé – la conférence a examiné comment l’intégration du concept de développement régénératif dans les stratégies et les initiatives pouvait offrir une nouvelle perspective pour atteindre les objectifs en matière de biodiversité et d’environnement.

Mme Sandrine Dixson-Declève, coprésidente du Club de Rome et présidente exécutive de Earth4All, a lancé le débat en déclarant que nous avons besoin d’une nouvelle architecture financière et économique englobant tant le développement régénératif que le bien-être des personnes et de la planète pour répondre aux enjeux complexes que nous connaissons aujourd’hui. La présentation du Dr. Leen Gorissen, fondatrice du Centre4NI, a servi de fil rouge pour réfléchir au concept de développement régénératif en tant que levier de transformation et relever les défis actuels comme ceux engendrés par la perte de biodiversité. Les panels d’experts et les tables rondes ont traité des différents aspects du développement régénératif, en les abordant sous l’angle des priorités environnementales de la présidence que sont la transition juste, l’adaptation et la résilience, l’économie circulaire ainsi que sous celui de la “positivité de la nature”, concept clé des récents agendas européens et internationaux.

« La présidence belge souhaite contribuer à la restauration et l’épanouissement de la nature » a déclaré Pierre Kerkhofs, du Service public fédéral Santé publique, Sécurité de la chaîne alimentaire et Environnement . « Des écosystèmes sains et diversifiés pourront continuer à nous offrir l’air que nous respirons, les aliments que nous consommons, et les  espaces  naturels pour nous ressourcer.  Ranimer et réimaginer notre relation avec la nature sont des défis centraux et urgents pour les prochaines décennies. »

Principales conclusions pour la politique européenne

Pour aller de l’avant, il est donc important de traduire les discussions en politiques et initiatives concrètes aux niveaux local, national et européen, afin de favoriser la collaboration entre les gouvernements, les entreprises, les universités et la société civile. Pour permettre aux individus et aux communautés d’adopter les principes de régénération, l’éducation et le renforcement des capacités jouent également un rôle crucial.

À l’issue de la conférence, un rapport ainsi qu’une étude sur le développement régénératif seront publiés par le SPF Santé publique. Le rapport sera accompagné de messages clés issus de la conférence afin de fournir des orientations sur le concept de développement régénératif, de sorte qu’ils puissent être mieux pris en compte dans la formulation de la politique de l’UE. Ce changement de vision de notre relation avec la nature peut informer les stratégies, les programmes et les plans des institutions européennes.

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Publications similaires