Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Les cyclistes dans le viseur des radars

Suite à un changement législatif, les cyclistes peuvent désormais être flashés par les radars s’ils dépassent la limite de vitesse dans les zones 30. Cette mesure vise à contrer les comportements abusifs de certains cyclistes sur les voies cyclables et les routes.

Nouveaux défis pour la sécurité des cyclistes

L’augmentation du nombre de cyclistes sur nos routes pose de nouveaux défis en matière de sécurité pour tous les usagers. La disparité de vitesse entre les différents types de vélos, notamment entre les vélos classiques et les speed pedelecs roulant à 45 km/h, crée des situations délicates, surtout en milieu urbain. La police intensifie ses contrôles pour garantir un comportement respectueux des règles de circulation.

Cyclistes sous surveillance automatisée

La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters, prévoit de modifier la législation pour intégrer les cyclistes dans la surveillance automatisée par les radars fixes. Désormais, les excès de vitesse des cyclistes, notamment dans les zones 30, seront sanctionnés. Cette mesure vise à instaurer une équité entre tous les usagers de la route, même si les speed pedelecs équipés de plaques d’immatriculation sont spécifiquement ciblés.

Réduire les accidents liés aux speed pedelecs

L’objectif principal de cette mesure n’est pas seulement financier mais vise avant tout à améliorer la sécurité des déplacements à vélo. L’augmentation des accidents impliquant les speed pedelecs, malgré leur capacité à réduire les embouteillages, souligne la nécessité d’intervenir pour rendre la circulation des vélos plus sûre.

Disparité de vitesse et solutions recommandées

La différence de vitesse entre les différents types de vélos, en particulier entre les speed pedelecs et les vélos électriques ordinaires, est identifiée comme une cause majeure des accidents. Les experts recommandent de faire circuler les speed pedelecs sur la chaussée limitée à 50 km/h, mais préconisent également un examen pour les nouveaux utilisateurs et l’expansion des pistes cyclables pour améliorer la sécurité. Cependant, la faisabilité de cette solution est compromise dans certains espaces où la réduction de l’espace alloué aux voitures rend difficile la création d’infrastructures cyclables adéquates.

>