Faites attention aux morsures de tiques !

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


L’arrivée du printemps correspond au début de la saison des tiques. Cette année encore, Sciensano et l’Agence pour une Vie de Qualité https://www.aviq.be/fr (AviQ) invitent les citoyens à être attentifs aux morsures de tiques et à les signaler via « TiquesNet », la plateforme de science citoyenne. Au moyen de cette plateforme, Sciensano suit l’exposition de la population belge aux morsures de tiques dans le temps et dans l’espace. En 2023, le nombre de morsures signalées était plus élevé qu’en 2022, mais était malgré tout plus faible que la moyenne des années précédentes.

Morsures de tiques en 2023

En 2023, 5.896 morsures de tiques chez l’homme ont été rapportées en Belgique via TiquesNet. Cela représente presque 1.000 morsures de plus qu’en 2022 (4.918), mais nettement moins que la moyenne pour la période 2016-2021 (8.569 morsures). En 2023, comme les années précédentes, on recense davantage de morsures de tiques en Flandre (62,7 %) par rapport à la Wallonie (36,0 %). Le nombre de morsures à Bruxelles est resté limité (1,3 %).

Le nombre de morsures de tiques pour 100.000 habitants est toutefois toujours plus élevé en Wallonie qu’en Flandre.

Une morsure de tique ? Signalez-la via TiquesNet

Les signalements des citoyens permettent aux chercheurs de Sciensano d’avoir une meilleure idée de l’endroit et du moment où les morsures de tiques surviennent, et qui est mordu. Ces informations permettent de mettre en place des actions ciblées en matière de prévention des morsures de tiques et des maladies qui en découlent. « Nous lançons donc une nouvelle fois un appel à tous les citoyens pour qu’ils signalent leurs morsures de tiques via le site web ou l’application mobile de TiquesNet https://tiquesnet.sciensano.be/ . Les personnes peuvent également s’inscrire comme utilisateurs fixes et recevoir ainsi tous les mois un mail de rappel pour le signalement des morsures. Cela nous permet de suivre encore mieux les tendances au fil du temps. Attention : n’y rapportez que les morsures sur l’homme et pas sur les animaux », ajoute Tinne Lernout.

Un message de l’AViQ : Comment se protéger contre les morsures ?

Si les activités en extérieur sont encouragées, l’AViQ tient à sensibiliser aux mesures de prévention simples pour éviter les morsures et leurs possibles conséquences. Les tiques affectionnent particulièrement les hautes herbes, les fougères et les tapis de feuilles mortes des jardins ou  forêts, ainsi que les endroits ombragés. Le message à retenir est donc : prévenir, inspecter, réagir et surveiller.

– Prévenir : Il convient de porter le plus possible des vêtements couvrants (manches longues, pantalons, chaussures hautes, etc.). L’utilisation d’un répulsif pour insecte peut aussi être envisagé.

– Inspecter : Après avoir passé du temps dans la nature (bois ou jardin), il faut inspecter méticuleusement tout le corps de haut en bas, particulièrement dans les plis du corps.

En cas de morsure, il faut alors réagir. Enlevez la tique avec une pince adaptée sans en comprimer le corps et désinfectez la zone de morsure.

Il convient ensuite de surveiller la zone de morsure pendant 30 jours. Si une rougeur grandissante ou des symptômes grippaux sont constatés, la personne doit impérativement consulter un médecin généraliste en mentionnant avoir récemment enlevé une tique.

L’AVIQ met à disposition du matériel d’information https://www.aviq.be/fr/actualites/affiche-tiques-queqlues-conseils-pour-prevenir-et-reagir sur la prévention des morsures de tiques.

    Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?