Feu vert pour la rénovation du Parlement européen à BruxellesFeu vert pour la rénovation du Parlement européen à Bruxelles

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Le bureau du Parlement européen a donné son feu vert pour la rénovation de l’hémicycle, sur la Place du Luxembourg. Les travaux devraient commencer dès 2025 et se poursuivre jusqu’en 2030. Coût estimé : 455 millions d’euros. « Cette consolidation supplémentaire est une excellente nouvelle pour Bruxelles », déclare Alain Hutchinson (P.S), commissaire bruxellois aux Affaires européennes. C’est la proposition conçue par le groupement piloté par Julien De Smedt, basé au Danemark, associé à l’agence lilloise Coldefy, aux néerlandais de l’agence NL, à l’italien Carlo Ratti ou encore aux espagnoles d’Ensamble Studio, qui a été choisi.

 

Le bureau du Parlement européen – le président, quatorze vice-présidents et cinq questeurs (trésoriers) – a finalement tranché la semaine dernière. Le bâtiment Paul-Henri Spaak, où se déroulent les sessions plénières, va subir une rénovation. C’est ce qu’a rapporté La Libre, confirmé à notre rédaction par le service de presse du Parlement européen.

 

Cette rénovation s’impose car le bâtiment, bien que n’ayant que trente ans, ne répond plus aux normes actuelles. Il n’est pas suffisamment sécurisé en cas d’attaque, et ne respecte pas les normes énergétiques. Il y fait froid, des fuites d’eau et des problèmes de toiture persistent. Les installations techniques et les façades nécessitent également une intervention en profondeur.

 

Pour cette rénovation, l’Europe alloue désormais 455 millions d’euros. C’est moins cher que le projet des architectes JDS Architects, lauréat d’un concours proposant un jardin de toit transparent. Le Parlement a finalement décidé de ne pas poursuivre avec ce lauréat.

 

Résistance française : La décision a été longuement retardée en raison de la résistance de Strasbourg, où est implanté le deuxième bâtiment du Parlement européen, à cette rénovation. La faction sociale-démocrate redoutait également l’image d’un Parlement européen dépensier. Mais finalement, la décision a été prise.

 

Alain Hutchinson, commissaire bruxellois aux Affaires européennes, se montre très enthousiaste. « Le bureau a enfin pris sa décision ! », déclare-t-il à BRUZZ. « Cela offre une perspective très positive à Bruxelles et confirme l’ancrage du Parlement européen ici. La formule choisie est également bonne, car le bâtiment sera rénové et non pas démoli puis reconstruit. Cela se fera par phases successives, minimisant ainsi l’indisponibilité de la salle de réunion bruxelloise, et surtout, l’ensemble de l’opération coûtera bien moins cher que les projets issus du concours d’architecture initial. »

 

2025 à 2030. Les travaux devraient commencer dès 2025, ce qui est très rapide pour un projet d’une telle envergure. « Aucune demande de permis n’a encore été déposée chez nous », indique le cabinet de la secrétaire d’État à l’Urbanisme Ans Persoons (Vooruit.brussels). « Cependant, cela pourrait être le cas si la rénovation est divisée en différents projets. »

Ces travaux devraient s’étendre jusqu’en 2030.

Photos : JDS et Europarc

 – Source : Bruzz

    >