Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

125 Nouveaux Radars en Wallonie : Une Densification des Contrôles

En 2024, la Wallonie s’apprête à déployer 125 nouvelles têtes de radars fixes, marquant le début d’une intensification des mesures de contrôle routier automatisé. Bien que ces nouvelles têtes ne modifient pas les boîtiers existants, leur présence accrue soulève des préoccupations quant à la difficulté de distinguer si un boîtier est actif. De plus, les autorités annoncent que cette augmentation n’est que le commencement de leurs initiatives.

Des Têtes de Radar Innovantes pour Renforcer la Surveillance

Les autorités wallonnes ont concrétisé leur engagement en acheminant 125 nouvelles têtes de radars fixes vers différentes zones de police. Ces têtes, de type NK6, utilisent des infrarouges, éliminant ainsi la nécessité d’un flash visible lors de la détection des infractions. Ces dispositifs seront intégrés aux boîtiers fixes existants sur les routes nationales, offrant également une compatibilité avec les installations locales. De manière flexible, elles peuvent également être utilisées en tant qu’unités de radar mobile, ajoutant une dimension polyvalente à leur fonctionnement.

Une Offensive Massive pour Rattraper le Retard sur la Flandre

L’arrivée de ces 125 têtes supplémentaires vise à considérablement renforcer les contrôles routiers automatisés. Passant d’une moyenne d’une tête pour cinq boîtiers à un objectif ambitieux de trois têtes pour cinq boîtiers, le risque de verbalisation est désormais multiplié. La ministre de la Mobilité wallonne, Valérie De Bue, souligne que cet effort n’est qu’un début, avec un nouveau budget de 2 millions d’euros alloué pour acquérir 50 têtes supplémentaires. Les projections indiquent même l’intention d’en acquérir 75 de plus, voire davantage, soulignant la volonté de rattraper le retard par rapport à la Flandre en matière de contrôles routiers automatisés. Le sud du pays se trouve ainsi sous haute surveillance policière, avec l’objectif évident de renforcer la sécurité routière tout en contribuant aux recettes régionales. À ce rythme, l’investissement dans ces nouvelles têtes de radar devrait rapidement se révéler rentable.

>