Premier coup de pioche pour le tram 10

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Premier coup de pioche pour le tram 10
Ça y est, le nouveau tram qui reliera l’Hôpital Militaire de Neder-Over-Heembeek au centre-ville se concrétise. La STIB et Bruxelles Mobilité officialisent le lancement du chantier ce mercredi 18 janvier. L’occasion de souligner l’importance de cette nouvelle desserte structurante à Bruxelles et de revenir sur l’importance du processus participatif autour de ce projet.Le tram 10, c’est 5,5 kilomètres de ligne, 10 nouveaux arrêts et un potentiel de 1.600 à 2.400 voyageurs par heure en heure de pointe. Cette nouvelle ligne reliera le centre-ville et Neder-Over-Heembeek, grâce à une desserte performante et structurante entre Rogier et l’Hôpital Militaire. Elle permettra non seulement aux riverains de facilement rejoindre le centre de la capitale, mais aussi à tout un chacun de profiter des différentes installations qui se situent à Neder-Over-Heembeek.Un quartier en plein développement

Neder-Over-Heembeek est en pleine mutation et connaît un développement urbanistique sans précédent, lié notamment à la croissance de population de la Ville de Bruxelles et plus globalement de la Région de Bruxelles-Capitale. Ces dix dernières années, la commune a initié d’importants projets, comme le plan 1000 logements et l’implantation d’équipements : crèches, écoles, maison de retraite, maisons de quartier, centres sportifs, etc.

Ce développement rapide a inévitablement entraîné une augmentation soutenue de la population et des déplacements. Or, malgré une évolution progressive des liaisons en transport public, ce quartier reste relativement enclavé par rapport à d’autres zones du territoire régional et dispose de peu d’alternatives efficaces à la voiture.

Le tram 10 est une nouvelle liaison structurante et capacitaire nécessaire pour desservir ces quartiers. Une nécessité confirmée par plusieurs études, notamment de l’ULB. Les possibilités de bâtir sont encore nombreuses à Neder-Over-Heembeek et la zone est en plein développement. Qui dit plus d’habitants dit également plus d’écoles, de bibliothèques, de lieux de vie à rallier.

« Bruxelles évolue et les besoins de ses habitants avec elle. La STIB doit donc être là pour y répondre. Le tram 10 est une de ces réponses. Il d’offre une solution de mobilité écologique et de qualité en connectant efficacement cette partie de ville en plein essor au reste de la Région de Bruxelles-Capitale », déclare Brieuc de Meeûs, CEO de la STIB.

Un nouveau tracé de 5,5 km

Le nouveau tram 10 bénéficiera d’un nouvel axe long d’environ 5,5 kilomètres. Ce nouveau tracé se greffera à la liaison existante entre Rogier et Heembeek, pour créer une nouvelle ligne vers l’Hôpital Militaire. Le tram passera par la rue de Heembeek, la rue François Vekemans, le Chemin Vert, le stade Nelson Mandela, la rue de Ransbeek, l’avenue de Tyras et la rue Bruyn. De nouveaux arrêts verront le jour, à savoir Heembeek, Ancre, Zavelput, Peter Benoit, Chemin Vert, Nelson Mandela, Trassersweg, Antoon Van Oss, Mercator et enfin Hôpital Militaire.

Story image

Le tram 10 assurera des correspondances avec les trams 7 et 25, les bus 47, 53, 56 ainsi que le métro 2-6 et de nombreuses autres lignes à Rogier.

Le Ministre-Président Rudi Vervoort souligne l’importance de cette nouvelle ligne 10 : « La Région bruxelloise est plus que jamais mobilisée pour répondre aux défis urbains. La croissance de l’offre de la STIB est indispensable pour assurer un développement de notre territoire qui ne dépende pas exclusivement d’une auto-mobilité. Avec la STIB comme épine dorsale, nous continuerons de créer les conditions d’une meilleure mobilité urbaine efficace et attractive. »

La genèse du projet

Le projet a débuté en 2019, avec les études d’impact ayant pour but de définir le mode et le tracé. Elles ont permis d’analyser le contexte, de confirmer le besoin et choix du mode tram, ainsi que de déterminer comment, dans la pratique, le tram se concrétisera.

Des citoyens, la Ville de Bruxelles, la Région bruxelloise et la STIB ont œuvré main dans la main pour parvenir à un consensus sur le tracé du tram 10. Une analyse multicritère a permis à chaque partie d’attribuer un poids à différents facteurs tels que l’efficacité du transport et le bien-être des riverains. Cette analyse a été complétée par une enquête en ligne, pour tenter de cibler les vrais besoins et priorités et ainsi parvenir au meilleur compromis possible.

Tout au long du projet, la concertation a occupé un rôle central. Cette approche participative représentait un défi de taille à la fois pour la STIB, la Région, la Ville de Bruxelles et les citoyens, qui se sont vus contraints de se concerter sur des thématiques complexes et de parvenir, ensemble, à des accords pour le bien commun. Mais c’est aussi cette approche qui fait le succès du projet, qui a pu en un temps record être mis sur les rails.

Une approche participative inédite

Actuellement, la réglementation prévoit une phase d’enquête publique, au cours de laquelle quiconque peut consulter un projet et faire part de son avis. La commission de concertation prend ensuite ces différents avis en considération lors de son analyse avant de rendre son verdict.

La STIB a souhaité aller plus loin. Objectif : faire connaître le projet de tram à Neder-Over-Heembeek en amont de l’introduction de la demande de permis d’urbanisme et dégager un consensus entre les différentes parties prenantes. C’est ainsi que tant pour l’étude d’impact que pour l’étude d’aménagement, un panel citoyen, représentatif et diversifié, a été constitué. Ces citoyens ont eu l’opportunité, en toute transparence, de participer aux réunions et comprendre le déroulement d’un projet d’aménagement d’une telle ampleur. En contrepartie, la STIB, la Région et la Ville de Bruxelles ont bénéficié de l’expertise locale des citoyens, une plus-value de taille dans l’élaboration du projet.

Plusieurs sessions d’information ont eu lieu afin d’informer le reste de la population locale de l’avancée du projet. De nombreux canaux d’information ont également été mis à disposition, tels qu’un site internet dédié, move-nohw.brussels, une page Facebook, un groupe WhatsApp, un numéro d’appel, mais aussi une « maison du tram », où tout un chacun pouvait s’informer et poser ses questions.

« Ce premier coup de pioche pour la ligne du tram 10 est une vraie avancée car elle fera bénéficier une meilleure accessibilité aux Heembeekois.e.s d’une meilleure accessibilité vers le centre-ville. Cette nouvelle ligne s’intègre également dans notre projet de ville à 10 mins qui permet aux Bruxellois.e.s d’avoir des équipements collectifs tels que du transport en commun, des écoles et crèches, des centres sportifs et culturels, ou encore des commerces de proximité à 10 minutes de chez soi », ajoute le Bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close.

 

L’obtention du permis d’urbanisme

Après l’étude d’impact, l’approbation du tracé et du mode de transport par les autorités régionales et communales en février 2020, la STIB a déposé le 19 novembre 2021 la demande de permis d’urbanisme relative aux aménagements de l’espace public autour de ce tracé de 5,5 kilomètres. C’est dans ce contexte que l’aménagement de la place Zavelput a fait l’objet d’un atelier de co-construction avec les habitants. Aménagement de la place, insertion du tram, présence d’une pleine de jeu… Chacun a pu partager ses souhaits. Trois esquisses sont ressorties de ce travail. Elles ont été départagées grâce à un vote en ligne organisé en juin 2021.

Outre une note explicative, le dossier de délivrance du permis comprend un rapport d’incidence environnemental de 250 pages, les études d’impacts réalisées pour le tracé et bien sûr tous les plans d’aménagement des différentes zones de façade à façade.

L’enquête publique a eu lieu du 20 avril au 16 juin 2022. À l’issue de l’enquête publique, les plans de la STIB ont été modifiés sur quelques points à la demande de urban.brussels et de la commission de concertation. En matière d’environnement, le projet a été légèrement modifié pour maximiser l’infiltration d’eau, ajouter de la végétation et préserver la faune présente. Quelques adaptations ont également été apportées en matière d’aménagement, par exemple avec des adaptations place du Zavelput, la modification du revêtement d’une piste cyclopiétonne ainsi que des optimisations du stationnement et des zones de livraison. Enfin, quelques aspects sécuritaires ont été optimisés, en déplaçant des arbres, améliorant la signalisation et le guidage pour malvoyants. Le 10 novembre 2022, la STIB a obtenu le permis d’urbanisme pour la ligne de tram 10.

La Secrétaire d’Etat Barbara Trachte : « Le tram 10 va permettre de relier NOH beaucoup plus rapidement et aussi plus durablement. Les travaux vont apporter aussi de nouveaux espaces de vie de qualité, plus verts, plus conviviaux, moins chauds en été et permettant une meilleure infiltration et circulation de l’eau. Ce projet de tram montre comment une collaboration intense dès le départ et une idée claire de la direction à prendre, sont un levier puissant pour une transition rapide, pérenne et très ambitieuse de notre Région. »

 

Le déroulement du chantier

Le chantier de construction du tram 10 a débuté par les impétrants. Des organismes tels que Vivaqua, Sibelga ou des opérateurs de télécom ont profité de l’imminence du chantier pour réaliser leurs travaux d’entretiens et de réfection. Cette phase a débuté en mars 2022. Ensuite des travaux d’égouttage ont suivi.

Aujourd’hui, la STIB entame le placement des voies de tram. Cette phase est planifiée jusqu’à l’automne 2024, date à laquelle les premiers trams pourront commencer à circuler. Les travaux de Bruxelles Mobilité, pour l’aménagement des voiries, s’inscriront en parallèle des travaux de la STIB et sont prévus jusqu’en 2025. Le chantier sera divisé en plusieurs zones de travail à exécuter successivement, afin d’en limiter l’impact pour les riverains et commerçants.

Quelques chiffres

 

La ligne 10, c’est…

  • +/- 5,5 kilomètres de ligne
  • 10 nouveaux arrêts
  • Un potentiel entre 1.600 et 2.400 voyageurs par heure en heure de pointe

 

Le chantier nécessitera…

  • 3.150 mètres de poutres-rails
  • 134 modules de voies préfabriqués et plus de 400 dalles-intercalaires
  • 5.000 m² de pavements de terre cuite dans les modules
  • Près de 1900 mètres de filet d’eau en pierre bleue
  • Plus de 7500 traverses béton et autant de milliers d’accessoires de fixation et de protection des rails

 

En savoir plus sur Bruxelles city News

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading