fasbinder glenat 15 05

Fassbinder. L’Homme qui voulait qu’on l’aime

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


Retour sur le destin de l’enfant terrible du cinéma allemand.

Né en 1945, dans l’Allemagne d’après-guerre, Rainer Werner Fassbinder grandit à Munich. Enfant, il écrit des pièces de théâtre et passe son temps dans les salles obscures… Bien que recalé des écoles de cinéma, il devient cinéaste et est vite considéré comme l’un des auteurs les plus prolifiques de son époque. Il réalise plus de 40 longs-métrages en 13 ans, travaillant avec la même troupe de comédiens. Bisexuel revendiqué, il épousera Ingrid Caven, tout en faisant tourner ses conquêtes masculines devant la caméra. Acteur, auteur et metteur en scène, il enchaîne les films à un rythme effréné à partir des années 70. Son cinéma engagé est hanté par l’histoire de l’Allemagne, mais ce sont surtout ses portraits de femmes qui marquent son œuvre… Ses héroïnes, tantôt proies ou objets de désir crèvent l’écran ! Influencé par le mélodrame hollywoodien de Douglas Sirk, Fassbinder montre sans fard la cruauté des sentiments et filme les femmes avec dévotion. Ses personnages reflètent la société de l’époque, ou celle de la Seconde Guerre mondiale : Maria Braun, Effi Briest, Lilli Marleen, Lola…  Acclamé par la critique, il ne sera récompensé que pour son avant-dernier film, Le Secret de Veronika Voss, qui reçoit l’Ours d’or à Berlin en 1982. Les illusions perdues, l’homosexualité ou le racisme avec Tous les autres s’appellent Ali sorti en 1974, restent ses grands thèmes de prédilection. Figure emblématique du cinéma allemand, aux côtés de Wim Wenders ou Werner Herzog, il meurt à seulement 37 ans après une vie d’excès et d’épuisement en laissant des chefs-d’œuvre (Les Larmes amères de Petra von Kant, 1972, Le Mariage de Maria Braun, 1978, parmi tant d’autres…) qui toucheront, au fil des années, un public de plus en plus large.

Scénariste : Noël Simsolo

Noël Simsolo, né le 31 août 1944 à Périgueux, est un réalisateur, comédien, scénariste, historien du cinéma et romancier français. Il est notamment l’auteur de trois aventures du Poulpe, de la série des Edgar Flanders, d’une quinzaine de romans noirs et d’entretiens avec Sergio Leone, Jean-Pierre Mocky et Bertrand Tavernier. En 2004 il scénarise Ne touchez à rien première incursion en BD. Désireux de retravailler ensemble, il propose à Bézian un univers qu’ils affectionnent tous les deux, les ambiances polar & fantastique des années 1920, sur la base d’un feuilleton radiophonique qu’il avait écrit pour France Culture dans les années 1990, Docteur Radar dont le premier tome sort en 2014. Depuis, il multiplie les scénarios chez Glénat en se concentrant notamment sur des thrillers en collaboration avec Dominique Hé: Les Miroirs du crime, des récits historiques Napoléon, Mémoires de Marie-Antoinette, 1789… Saint-Just, des biographies dédiés à d’importants personnages du cinéma comme Sacha Guitry ou, dans la collection « 9 ½ » qu’il codirige : Sergio Leone, Jean Gabin, Orson Welles ou Alfred Hitchcock – Le Maitre de l’angoisse ! En 2023, l’ouvrage est sélectionné aux prestigieux Eisner Awards dans la catégorie « Meilleure Adaptation de Faits Réels ». En 2022 il entame la série Du Côté de l’Enfer. Il travaille actuellement son un nouveau projet avec Dominique Hé chez Glénat.

Dessinateur et coloriste : Stefano d’Oriano

Né en Italie, Stefano D’Oriano est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Naples en arts graphiques. Toujours à Naples, il se forme au coloriage numérique à l’Italian School of Comix. En tant qu’illustrateur, il a collaboré avec l’hebdomadaire L’Espresso et en tant que dessinateur, avec la maison d’édition Round Robin et Homo Scrivens. Fassbinder, L’Homme qui voulait qu’on l’aime est son premier album au sein des éditions Glénat.

Editions Glénat

Format : 200 x 266 mm

Pages : 224

EAN : 9782344040102

Prix : 25,50 €

    Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

    Publications similaires