La PUFF, nouveau fléau dans la lutte contre le tabagisme
| | | | | |

La PUFF, nouveau fléau dans la lutte contre le tabagisme

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


A l’occasion de la Journée Mondiale Sans Tabac, Martial Bodo, tabacologue à l’Institut Jules Bordet, met en garde les jeunes sur l’utilisation de la puff.

La puff, ou cigarette électronique jetable, a fait son apparition sur le marché belge depuis quelques années. Cette nouvelle tendance est fortement décriée par les professionnels de santé car elle encouragerait les jeunes à commencer à fumer. En effet, avec des goûts sucrés, des packagings colorés, un prix accessible et une présence ludique sur les réseaux sociaux, les puffs ont plutôt une image positive auprès des jeunes.

Une porte d’entrée vers une accoutumance à la nicotine

Sous leur allure inoffensive, les puffs sont en réalité plus problématiques qu’on ne peut le penser. Commencer à les consommer peut être une porte d’entrée vers le tabac. Le risque d’accoutumance est très élevé, tout d’abord au geste mais également à la nicotine. Nicotine, qui outre son fort pouvoir addictif peut également impacter négativement le système cardiovasculaire. Les puffs contiennent une quantité de nicotine pouvant aller jusqu’à 20mg/l, ce qui est plus que celle contenue dans une cigarette. « Le risque pour les jeunes est de devenir accro à la nicotine et également de basculer vers la consommation de tabac classique. Les cigarettes électroniques peuvent être une alternative au tabac mais seulement pour les fumeurs car pour les non-fumeurs c’est un vrai cheval de Troie vers un tabagisme général », nous explique Martial Bodo.

Une interdiction de la puff en Belgique

De nombreux cancers sont favorisés par le tabagisme actif et passif. Le tabagisme est une des premières causes évitables de maladies et de décès. « Il est important que les fumeurs arrêtent de fumer tout type de produit du tabac mais surtout que les non-fumeurs ne commencent pas à fumer », souligne Martial Bodo. Dans ce combat, la Belgique se positionne comme pionnière. Le ministre de la santé, Frank VandenBrouck, a, en effet, pris diverses mesures drastiques comme l’interdiction de la vente des cigarettes électroniques jetables dès le 1er janvier 2025. Cette interdiction de la puff est un pas de plus vers une génération sans tabac.

Une équipe de professionnels entièrement dédiés à l’accompagnement des fumeurs à l’Institut Jules Bordet

Il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer et se libérer de la dépendance à la nicotine. En tant que Centre d’Excellence contre le Cancer, l’Institut Jules Bordet combat le tabagisme. Une équipe de tabacologues accompagne et soutient ceux qui souhaitent entamer une démarche d’arrêt du tabac. Les consultations peuvent se dérouler à l’Institut mais aussi via les centres partenaires au plus près de chez vous. Pas besoin d’être patient de l’hôpital pour bénéficier de ce service, il est ouvert à tous et entièrement remboursé par la mutuelle pour les 8 premières consultations. Les consultations individuelles ou en groupe se déroulent en français, néerlandais et anglais.

 

Vous souhaitez arrêter de fumer ? Faire le point sur votre consommation ? Rencontrer un tabacologue ? Contactez un des Centres d’Aides aux Fumeurs de l’Hôpital Universitaire de Bruxelles

Hôpital Erasme : +32(0)2 555 37 73

Institut Jules Bordet : +32(0)2 541 30 55

HUDERF : +32(0)2 477 30 35

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Publications similaires