Pourquoi les Banques Hésitent à Augmenter les Taux d'Épargne

Pourquoi les Banques Hésitent à Augmenter les Taux d’Épargne : Les Coulisses Expliquées

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


Les Banques et les Taux d’Épargne : Une Attente Impatiente

Tout le monde attend que les banques augmentent leurs taux d’épargne considérablement, mais elles ne l’ont pas encore fait, ou du moins pas dans la mesure attendue. Pourquoi? Et à quoi pouvons-nous nous attendre?

Les Banques et leurs Marges d’Intérêt

Sans aucun doute, vous avez déjà entendu l’appel du monde politique. Les banques commerciales s’enrichissent en dormant. Elles n’accordent à leurs clients que 1% d’intérêts sur leurs comptes d’épargne, tout en percevant elles-mêmes 4% si elles transfèrent cet argent sans risque vers la Banque Centrale Européenne (BCE). Leur marge d’intérêt est donc exorbitante.

L’Équilibre Délicat des Intérêts

En pratique, ce n’est pas aussi simple. Afin de clarifier la situation, nous nous basons sur un schéma fort simplifié. Prenons l’exemple d’une banque commerciale qui a récolté 10 milliards d’euros d’épargnes, accordé 8 milliards d’euros de prêts et placé les 2 milliards d’euros restants auprès de la Banque Centrale Européenne.

Les Effets d’une Augmentation des Taux

Supposons maintenant que les taux augmentent davantage et que la banque accorde 3% d’intérêts sur ses comptes d’épargne. Dans ce cas, la facture des intérêts s’élève à 300 millions d’euros. Les revenus provenant des prêts sont maintenus à 160 millions d’euros. Et le taux auprès de la BCE est augmenté jusqu’à 4%, par exemple, ce qui rapportera 80 millions d’euros à la banque. Conclusion: face à 300 millions d’euros de charges d’intérêts, la banque ne dispose que de 240 millions d’euros de revenus et subit donc des pertes s’élevant à 60 millions d’euros.

Les Raisons du Retard

Jusqu’à présent, ce sont surtout les banques n’ayant pas accordé de prêts considérables qui ont pu augmenter leurs taux. Elles profitent le plus de la hausse du taux auprès de la BCE. Idem pour les banques qui ont surtout accordé des prêts à taux variable, car leurs revenus augmentent également. C’est d’ailleurs le cas dans la plupart des pays et c’est aussi la raison pour laquelle les taux d’épargne à l’étranger ont déjà été augmentés plus considérablement qu’en Belgique.

L’Impact des Nouveaux Prêts

Lorsque les banques accordent de nouveaux prêts, elles le font à un taux plus élevé que par le passé, bien entendu. Toutefois, ces nouveaux prêts ne remplacent que progressivement les prêts arrivant à échéance. Il faudra donc un certain temps avant que le taux sur l’ensemble du portefeuille de crédits ne s’adapte à ce taux supérieur.

Les Incitations à l’Augmentation des Taux

Au début du mois de septembre, le gouvernement avait tenté de faire pression sur les banques pour qu’elles augmentent plus rapidement leurs taux, en introduisant sur le marché un bon d’État sur 1 an avec un taux net de 2,805%. Toutefois, ceci ne les a pas incités à augmenter leurs taux plus rapidement. Dans le meilleur des cas, elles ont proposé temporairement un compte à terme avec un taux d’intérêt concurrentiel. Dès que la période d’inscription au bon d’État était écoulée, ces offres ont également disparu.

Le Défi de Comparaison

Pourquoi ceci n’a pas immédiatement incité les banques à augmenter considérablement leurs taux d’épargne? Parce que le compte d’épargne n’est pas comparable au bon d’État ni au compte à terme. Dans le premier cas, les consommateurs peuvent retirer leur argent au quotidien. Dans le second cas, ils ne peuvent pas le faire: leur argent est immédiatement bloqué pour une plus longue période.

Conclusion

En résumé: si tout se passe normalement, les taux des comptes d’épargne seront bel et bien augmentés; ce n’est qu’une question de temps!

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Publications similaires